UN PROJET DE MUSÉE RÉGIONAL DES MÉTÉORITES À AGADIR

UN PROJET DE MUSÉE RÉGIONAL DES MÉTÉORITES À AGADIR

Le mardi 25 août 2020 à 14h, une nouvelle chute de météorite a eu lieu à l’ouest d’Errachidia, près des montagnes d’Aferdou, un événement qui a mis en émoi les habitants de la région et la communauté scientifique. Plus près de nous, les grands espaces de notre Région Souss Massa sont également connus pour leur richesse en météorites, une particularité qui a impulsé l’idée de promouvoir le secteur de l’astrotourisme, vecteur de développement durable et de croissance économique pour la région. Porté par le Professeur universitaire Abderrahmane Ibhi et la Cité de l’Innovation Souss Massa sous le thème « Le Musée Universitaire de Météorites d’Agadir : innovation pour une bonne médiation scientifique et touristique », un projet de musée régional a ainsi été présenté à Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, lors de l’inauguration officielle de la Cité de l’Innovation, le 6 février 2020.

La Région Souss Massa offre un ciel fabuleux, sans pollution lumineuse, traversé de myriades de météorites

De nos jours, aux quatre coins du monde, de plus en plus de voyageurs se déplacent pour observer le ciel ou visiter des musées d’objets célestes. Cette forme de tourisme de niche se démarque des produits classiques en offrant une combinaison d’atouts culturels et de découvertes éducatives pour tous les âges. À ce titre, le potentiel en météorites de notre Région Souss Massa constitue un remarquable centre d’intérêt touristique et scientifique, tant pour les professionnels que pour les amateurs du monde entier.

Si, pour l’heure, son emplacement précis est en cours d’étude, le futur Musée Régional de Météorites et Roches Associées sera édifié au cœur d’Agadir, afin de pouvoir accueillir le grand public et la clientèle touristique. Pour lui assurer une pleine réussite, le Professeur Abderrahmane Ibhi compte sur la dynamique enclenchée pendant la Visite Royale de février 2020, en faveur de la promotion des projets muséaux dans notre ville.

L’idée de musée régional des météorites n’est pas nouvelle. Elle découle d’une tendance qui a mûri au cours des vingt dernières années dans le monde et au Maroc. Depuis 2009, le Club Scientifique et Culturel Ibn Zohr d’Agadir, en collaboration avec l’Université Ibn Zohr et le Réseau National pour la Promotion et la Diffusion de la Culture Scientifique et Technique du CNRST, a eu l’opportunité d’organiser plusieurs expositions temporaires dans différentes villes du Maroc. Depuis quatre ans, le Professeur Abderrahmane Ibhi dirige également le Musée Universitaire de Météorites situé au Nouveau Complexe de l’Université Ibn Zohr.

Pour assurer sa rentabilité et créer de l’emploi, le Musée Régional de Météorites et Roches Associées d’Agadir s’adressera à une large clientèle nationale et internationale. Il collaborera avec les autres musées spécialisés du pays par des échanges et expositions conjointes. Il sera un musée connecté, doté d’outils numériques et pédagogiques, et s’équipera d’installations nécessaires au divertissement du public : planétarium, télescopes, salle de cinéma 3D…).
Enfin, le champ d’action du Musée Régional de Météorites et Roches Associées d’Agadir s’étendra bien au-delà des murs de l’établissement, puisque le projet prévoit également l’animation de voyages d’exploration scientifique et touristique dans des zones de chute de météorites telles que Tata et Ouarzazate, ou autour des cratères d’impact de la région d’Imilchil Agoudal. En conclusion, il s’agira de faire du Musée Régional de Météorites et Roches Associées d’Agadir, un centre scientifique de promotion du patrimoine et un moteur de développement humain, culturel, social et touristique pour la Région Souss Massa.

——————————– 2ème ouverture : 1 Page ——————————–

MÉTÉORITES CÉLÈBRES DU MAROC

ERRACHIDIA, LA PLUS RÉCENTE
Tombée en août 2020 près de la ville d’Errachidia, cette météorite s’est disloquée en fragments de 1 à 100 grammes. Les études préliminaires ont montré qu’il s’agit d’une chondrite primitive issue des astéroïdes de type C qui orbitent entre Mars et Jupiter et entrent en collision entre eux, libérant des morceaux qui peuvent errer longtemps dans l’espace avant de finir leur course sur Terre. L’Association du Musée Universitaire de Météorites d’Ibn Zohr a fait l’acquisition d’un petit fragment de cette météorite pour l’étudier, notamment au moyen du microscope électronique à balayage du centre d’analyse de la Faculté des Sciences d’Agadir.

BLACK BEAUTY, LA PLUS BELLE
NWA 7533 ou Black Beauty est l’un des plus anciens fragments de la planète Mars jamais répertoriés à ce jour et date de plus de deux milliards d’années. La météorite a été trouvée en juin 2011 près de Bir Anzarane, dans la province Oued Ed-Dahab-Dahkla. Elle est considérée comme une roche d’origine volcanique. Sa particularité est qu’elle montre dix fois plus de molécules d’eau que toutes les autres météorites martiennes connues. Elle contribue ainsi à comprendre comment Mars, qui bénéficiait d’un environnement chaud et propice à la vie, est devenue une planète froide et sèche.

GREEN BEAUTY, L’EXCENTRIQUE
NWA 7325 est surnommée la « Singulière » à cause de sa couleur verte intense. Appelée également Green Beauty, elle n’est pas une météorite comme les autres. Les 35 fragments (345 grammes en tout), récupérés dans la région d’Es-Smara, présentent une composition étrangement similaire à celle que la sonde Messenger nous a révélée de la croûte de Mercure, planète la plus proche du Soleil.

TISSINT, LA PRÉCIEUSE
Le dimanche 18 juillet 2011, à 2h du matin, les habitants de Tata ont été brusquement réveillés par une forte détonation. Des dizaines de chasseurs de météorites se sont alors regroupés pour chercher les fragments de cette roche extraterrestre. La météorite en question est une Shergottite typique d’une roche arrachée d’un volcan de la planète rouge. Historiquement, les chutes observées de météorites martiennes sont plutôt rares. Un petit fragment est actuellement exposé au Musée Universitaire de Météorites d’Agadir. D’autres s’exhibent dans les plus grands musées du monde, à Paris, Londres, New-York et Vienne.