QUAND VOTRE SYSTÈME IMMUNITAIRE DEVIENT LE NERF DE LA GUERRE…

QUAND VOTRE SYSTÈME IMMUNITAIRE DEVIENT LE NERF DE LA GUERRE…

Le Coronavirus fait des ravages de par le monde. Mais tandis que les différentes épidémies et pandémies qu’a connues notre planète ont jusqu’alors principalement touché les pays défavorisés, on assiste, malheureusement, aujourd’hui, à une sorte de capitulation des grandes puissances économiques telles que la Chine, l’Italie, le Royaume-Uni, la France ou même les États-Unis d’Amérique. Une question se pose : comment est-il possible que ces pays ayant des budgets conséquents alloués à leur système de santé, aient pu faillir à leur mission principale, celle de guérir leurs citoyens atteints du Coronavirus ? Pour faire face à cette pandémie, les budgets, les moyens, ou même les installations hospitalières ne suffisent plus. La solution, cette fois-ci, est ailleurs : elle concerne l’Individu.

Nous ne sommes pas égaux devant le Covid-19 !

Si, aujourd’hui, il est question de se confiner chez soi, c’est surtout pour ne pas attraper la maladie ou ne pas la répandre si l’on est porteur du virus. Et ceci, l’individu en est amplement responsable.
Mais nous disposons aussi d’un autre moyen capable de contrecarrer le virus et de stopper sa pathogénicité dès les premiers jours de l’incubation. C’est notre système immunitaire.
Bien que ce bouclier naturel soit présent chez tous, la capacité à déployer ses différents moyens de défense, et ce, durant tout le trajet qu’emprunte le virus, depuis son entrée jusqu’aux cellules cibles dans les poumons, n’est pas la même chez tous les patients. Les plus âgés, les malades chroniques, les immunodéprimés (patients sous chimiothérapie, radiothérapie, corticothérapie…) sont les plus vulnérables. Dans cet article, nous verrons donc les moyens à mettre en place pour renforcer notre système immunitaire, car si, via notre alimentation, nous pouvons assurer la couverture de nos besoins en énergie par le biais des macronutriments (protéines, glucides et lipides), nous disposons aussi d’un atout majeur, ce sont les micronutriments. Ces derniers ont en effet la particularité, selon leur origine, de booster notre immunité.

Confinement oui, renforcement immunitaire, mieux !

FAITES LE PLEIN DE VITAMINE C !
Si, en ces temps difficiles, la plupart des gens se tournent vers les pharmacies pour chercher de la vitamine C, c’est parce qu’il est prouvé qu’elle aide à renforcer le système immunitaire en augmentant la production de globules blancs, premiers éléments de lutte contre les infections. Or, pour un effet meilleur et immédiat, il est préférable que cette vitamine soit apportée dans sa version naturelle via des aliments dont regorge notre patrimoine culinaire maroco-méditerranéen : agrumes, persil, poivrons rouges ou jaunes, brocolis, kiwis, framboises, fraises ou mûres. La vitamine C doit être présente à tous les repas et en quantité suffisante, en consommant des légumes crus en salade au repas de midi, accompagnés de vinaigrette au jus de citron, d’ail et de persil, et en incluant différents fruits au petit déjeuner et au dîner.

QU’EN EST-IL DES AUTRES VITAMINES E, A, D ET K…?
Les vitamines E et A sont connues pour leur potentiel antioxydant. C’est de cette manière qu’elles participent à protéger l’organisme des infections. Liposolubles, elles seront apportées en consommant de l’huile d’olive et d’Argan, de l’Amlou, des amandes et autres fruits secs pour la vitamine E.
La vitamine A est, quant à elle, très présente dans la nature sous forme de bêta-carotène dans les carottes, le potiron, mais aussi dans les poissons.
Pour la vitamine D, son action antimicrobienne n’est plus à démontrer. Beaucoup de chercheurs ont mis en évidence le rôle primordial de cette vitamine miracle dans l’activation de la réponse immunitaire face aux maladies infectieuses. Au Maroc, nombreuses sont les personnes qui souffrent d’une insuffisance en vitamine D et ce, malgré le taux d’ensoleillement dont bénéficie notre pays. Prévoir des laitages, du thon, du saumon ou de la sardine dans ses repas de la semaine, c’est garantir un apport optimal de cette vitamine pour une meilleure immunité.
La vitamine K, quant à elle, est très présente dans notre alimentation. En consommant régulièrement de l’huile d’olive, des légumes verts ainsi que des fruits tels que le kiwi, on peut facilement en garantir un apport journalier suffisant, d’autant plus qu’elle est l’une des rares vitamines produites par notre microbiote dans les intestins.

LE RÔLE DE LA FLORE INTESTINALE
Le microbiote intestinal, avec ses quelques centaines de milliards de bactéries saprophytes et utiles, et la muqueuse intestinale forment une barrière naturelle qui contribue à la protection de l’organisme contre les micro-organismes inopportuns en les empêchant de pénétrer dans le corps, tout en laissant passer les nutriments et micronutriments.
Ces bactéries amies, appelées aussi PROBIOTIQUES, ont malheureusement une durée de vie limitée. Aussi, certaines situations, comme un stress mal géré, une alimentation déséquilibrée ou la prise anarchique d’antibiotiques, par exemple, peuvent entraîner un déséquilibre de l’écosystème intestinal, affaiblissant, par conséquent, nos défenses immunitaires.
L’alimentation joue un rôle primordial et direct dans la qualité et la quantité des bactéries formant ce microbiote. Un apport régulier d’aliments riches en probiotiques est essentiel pour coloniser perpétuellement nos intestins et renforcer durablement notre immunité. Il s’agit des yaourts, fromages, fromages blancs et autres laitages fermentés.
D’un autre coté, pour augmenter la durée de vie de ces bactéries amies et pérenniser leur présence dans nos intestins, il est souhaitable d’assurer un apport conséquent de PRÉBIOTIQUES sous forme de fibres, présentes dans les céréales complètes (blé, orge, avoine…), mais aussi dans les fruits et légumes tels que les oignons, les artichauts, la banane et bien d’autres.

« Mieux vaut prévenir que guérir »

Opter pour une alimentation riche et diversifiée peut considérablement aider votre organisme à se renforcer pendant cette période à risques. Si, aujourd’hui, le traitement médicamenteux du COVID-19 est encore à l’essai, les moyens de prévenir cette maladie sont testés et donnent leurs fruits partout dans le monde. Résistons encore en respectant le confinement total, en suivant les mesures d’hygiène adéquates et surtout, en renforçant notre système immunitaire… le véritable nerf de la guerre.