PROTÉGER LE PASSÉ, POUR LA POSTÉRITÉ

PROTÉGER LE PASSÉ, POUR LA POSTÉRITÉ

La région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) abrite des millions de sites archéologiques de première importance, mais particulièrement menacés par les conflits, les tremblements de terre, les inondations ou constructions de barrages, les pillages et l’expansion de l’agriculture.

Pour lutter contre la dégradation de ces sites et œuvrer à leur réhabilitation, la conférence internationale « Protecting the Past » a été initiée en 2015 par le comité EAMENA (Archéologie en danger au Moyen-Orient et en Afrique du Nord), en coopération avec des partenaires internationaux de la région MENA, notamment ICCROM-Sharjah et Global Heritage Fund. Organisée précédemment en Jordanie, Irak, Tunisie et aux Émirats Arabes Unis, « Protecting the Past » a tenu sa nouvelle édition à Agadir, du 10 au 12 décembre 2019.

Professionnels et institutions évalueront la possibilité de travailler avec les communautés à la protection du patrimoine culturel auquel elles sont liées.

Depuis 2015, « Protecting the Past » fait bien plus que recenser les menaces qui pèsent sur le patrimoine culturel de la région MENA. La conférence se concentre en effet sur la compréhension des causes sous-jacentes et examine de nouvelles approches de protection et de conservation du patrimoine. En favorisant le débat, elle facilite la compréhension régionale des problèmes. En présence des parties prenantes, la conférence espère formuler, pour l’avenir, des stratégies visant à développer des partenariats durables au sein de la région MENA. Depuis son lancement, « Protecting the Past » a réuni plus de 200 chercheurs internationaux et conférenciers et a été soutenue par près de 600 acteurs, décideurs et professionnels du patrimoine, membres de communautés et universitaires de pays MENA.

PROTECTING THE PAST 2019 À AGADIR

Dans ses éditions précédentes, la conférence « Protecting the Past » a mis en évidence l’importance de la documentation comme outil de protection, de conservation et de gestion du patrimoine dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord.

Dans son édition 2019, la conférence axe ses recherches sur la façon dont les professionnels du patrimoine et les institutions peuvent travailler ensemble avec les particuliers et les communautés à la protection du patrimoine culturel auquel ils sont socialement ou spatialement connectés. Cette édition explore également le rôle et la place du patrimoine culturel dans la société et la manière dont il est perçu par les communautés locales de la région MENA. La documentation est essentielle à la compréhension et à l’appréciation du  patrimoine. Cependant, à l’ère du digital et des nouvelles technologies, la question est de savoir de quelle façon les communautés de la région MENA en bénéficient et si ces outils répondent aux besoins locaux.

Plusieurs programmes de financement internationaux, tels que le Fonds du Conseil britannique pour la protection, la recherche et la conservation culturelle, ont permis aux pays de la région MENA de prendre des mesures pour faire revivre leur patrimoine national. En 2019, « Protecting the Past » examine dans quelles mesures ces programmes ont permis des échanges de connaissances et d’expertises entre les acteurs locaux du patrimoine dans la région.

Cette année marque également le 60e anniversaire du tremblement de terre d’Agadir de 1960, un des séismes les plus destructeurs de l’histoire du Maroc. La conférence compte, à cette occasion, aborder le rôle de la communauté locale dans la récupération et la résilience du patrimoine culturel, un thème pertinent si l’on considère le niveau de destruction de nombreux lieux patrimoniaux par conflits armés et risques naturels, et la nécessité de récupération et de reconstruction de villes historiques et de sites patrimoniaux impactés.

L’édition 2019 de la conférence « Protecting the Past » compte, parmi ses partenaires organisateurs internationaux, l’EAMENA, Global Heritage Fund et ICCROM-Sharjah, tous trois dédiés à la préservation des sites patrimoniaux culturels mondiaux. La conférence reçoit également le soutien de partenaires locaux majeurs par le biais de la Wilaya de la Région Souss Massa et du Conseil Régional Souss Massa, de l’Université Ibn Zohr et de l’Institut National des Sciences de l’Archéologie et du Patrimoine (INSAP).

http://protectingthepast.com