LA CITÉ DES MÉTIERS ET DES COMPÉTENCES

LA CITÉ DES MÉTIERS ET DES COMPÉTENCES

En cette période de rentrée universitaire où les étudiants reprennent le chemin des écoles supérieures et des facultés, la question de la légitimité des filières enseignées dans notre région revient sur le devant de la scène, avec de bonnes nouvelles. Répondre aux besoins des entreprises locales pour favoriser l’insertion professionnelle des lauréats, créer des formations adaptées aux spécificités de chaque région, c’est l’orientation donnée par Sa Majesté le Roi Mohammed VI dans son discours du 20 août 2018, prononcé à l’occasion du 65e anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple.

Tout juste un an après, une nouvelle génération de centres de formation nommés « Cités des Métiers et des Compétences«  s’apprête à voir le jour prochainement dans chacune des 12 régions du Maroc. Dans le cadre de la feuille de route établie pour leur développement, un workshop régional de réflexion s’est tenu à Agadir, le 6 août dernier, dans le but de définir la carte de formation de la CMC d’Agadir Souss Massa, selon l’offre proposée par les professionnels. Son ouverture est prévue pour la rentrée 2021.

Une nouvelle génération de centres de formation verra prochainement le jour.

Nous l’avons vu précédemment dans notre numéro 74, l’offre en filières d’enseignement supérieur s’avère particulièrement riche et diversifiée dans notre région où établissements publics et privés rivalisent d’initiatives pour proposer les cursus les plus pointus et novateurs aux bacheliers. Pourtant, ces opportunités ne répondent pas forcément aux besoins du bassin d’emploi régional. Trop de filières amènent encore les jeunes diplômés à des fonctions sans débouchés directs, ce qui a pour conséquence de les pousser à partir vers la capitale ou vers l’étranger, privant, dans le même temps, les entreprises locales d’un souffle nouveau sur leur activité.

Ce constat pose les bases d’une réflexion collective accompagnant la création des Cités des Métiers et des Compétences. Totalement intégrées dans les écosystèmes économiques régionaux, les CMC abriteront des filières à fort potentiel d’emploi pour rééquilibrer les forces de travail entre économies dominantes et nouveaux diplômés sur le marché. Ce programme répondra ainsi aux principaux enjeux qui pèsent sur les différents secteurs, mais aussi au besoin croissant en ressources humaines qualifiées pour faire face aux exigences des clients, notamment les entreprises exportatrices à l’international.

À ce jour, le programme des 12 cités du pays est déjà prêt et l’on peut constater pour chacune un choix de filières différent selon les priorités régionales, par exemple : Industrie Navale pour Souss Massa, Industrie Propre pour Draâ-Tafilalet ou encore Services à la Personne pour Casablanca-Settat.

LES CINQ PROJETS STRUCTURANTS DE L’OFPPT

Filiales de l’OFPPT, Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail qui représente 62% des établissements de formation professionnelle en Région Souss Massa, les CMC font partie des cinq projets structurants de la nouvelle feuille de route prévue pour le développement de l’enseignement professionnel qui comprend une mise à niveau de l’offre de formation actuelle, une modernisation des méthodes pédagogiques, la professionnalisation des jeunes travailleurs de l’informel et l’attractivité de la formation professionnelle. Constituée en Société Anonyme, chaque cité sera placée sous la gouvernance d’un président et d’un Conseil d’Administration réunissant les officiels et les institutions professionnelles de la région. Les ressources financières seront assumées par le Budget général de l’Etat, l’OFPPT et la Région, avec un apport du Fonds Hassan II à hauteur de 2000 MDH.

DES CITÉS EN OUVERTURE PROGRESSIVE

Pas de temps à perdre pour la mise en marche des CMC puisque l’échéancier prévoit un rythme soutenu de réalisation s’étalant de deux à quatre ans. Les études sont d’ores et déjà commencées, tandis que les constructions démarreront dès janvier 2020. D’une région à l’autre, l’ouverture des établissements se déroulera en mode progressif selon un phasage ambitieux qui prévoit la rentrée 2021 pour les Régions Rabat-Salé-Kénitra, Souss Massa, Oriental et Laâyoune-Sakia El Hamra, la rentrée 2022 pour Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Marrakech-Safi, Draâ-Tafilalet et Guelmim-Oued Noun, et enfin la rentrée 2023 pour Casablanca-Settat, Fès-Meknès, Beni-Mellal-Khénifra et Dakhla-Oued Eddahab.

DES BÂTIMENTS ÉCO-CONSTRUITS

En parallèle des objectifs de formation des Cités des Métiers et des Compétences, une démarche écologique de construction sera adoptée, faisant de ces établissements une plateforme de démonstration. Cette approche interviendra tout aussi bien dans le choix des matériaux que dans la répartition des espaces verts, la gestion des déchets, la réutilisation des eaux usées et l’efficacité énergétique. Le coût global de réalisation des 12 cités est prévu à hauteur de 3200 MDH.

Instauration d’une culture de l’innovation et d’un mode d’intelligence collective.

Côté répartition des espaces, les CMC intègreront toutes des structures communes dédiées à l’apprentissage des langues (paramètre important), un espace entrepreneuriat avec incubateur, une bibliothèque modulable, un centre de conférences, un centre d’orientation, un espace de services aux entreprises, un internat, des terrains de sport et des espaces de vie.

Les déplacements des étudiants seront conditionnés via quatre pôles spécifiques répartis entre les salles de cours, les ateliers des métiers, les salles multimédia et les plateformes d’application. Ces dernières permettront de s’entraîner concrètement à l’exercice professionnel avec, notamment, un hôtel pédagogique, une maison intelligente, une ferme pédagogique, une entreprise virtuelle, une école de coding et plusieurs mini-chaînes de production. Dans la pratique, une ligne directrice nommée « Design Thinking » guidera élèves et enseignants à travers la mise en place d’une culture de l’innovation et de la créativité, un mode d’intelligence collective et de recherche de solutions concrètes à des problématiques réelles.

LES NOUVEAUX PRINCIPES DE FORMATION

L’élaboration des cartes régionales de formations des CMC a suivi un cheminement respectueux des orientations du Discours Royal du 20 Août 2018 et du lancement de la Feuille de Route pour le Développement de la Formation Professionnelle, le 4 avril 2019.

Le déploiement de nouvelles filières de compétences au sein des CMC s’accompagnera d’une modernisation de méthodes pédagogiques ancrées dans l’époque contemporaine. Les modes participatifs et libérateurs d’énergies seront privilégiés, de même que le renforcement des parcours de spécialisations, la polyvalence des stages, les supports de formation numériques et l’apprentissage des langues.

La viabilité de ce processus dans le temps sera assurée par la mise en place de 17 commissions sectorielles constituées de représentants du Ministère de l’Éducation Nationale, de la Formation Professionnelle, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, de divers départements ministériels, de la Région et de fédérations et associations professionnelles. Ces commissions seront chargées de fédérer l’ensemble des parties prenantes autour des objectifs de la feuille de route et de collecter les données et études par secteur.

LA CARTE DE FORMATION DE LA CMC AGADIR SOUSS MASSA

Sans plus attendre, découvrons ensemble le programme de filières élaboré pour la future CMC Agadir Souss Massa. Au regard des secteurs économiques historiques de la région, du Plan d’Accélération Industrielle décliné au Souss Massa en 2018 et des besoins des entreprises locales et des citoyens, l’analyse de l’ensemble des données a permis de dégager 7 pôles majeurs d’enseignement qui se déploieront en un total de 81 filières de formation.

Dotée d’une belle capacité de 3000 places pédagogiques, la CMC Agadir Souss Massa formera, bien entendu, les étudiants aux secteurs Agriculture, Pêche et Tourisme qui constituent depuis longtemps les principaux axes économiques de notre région, mais aussi à de nouvelles activités désormais indispensables au fonctionnement d’une ville en passe de devenir une métropole. L’ensemble comportera 20% de filières actualisées et 80% de filières nouvellement créées.

Plus précisément, la cité formera les étudiants aux techniques de l’Industrie et de l’Industrie Navale, du Bâtiment et des Travaux Publics, de l’Agro-Industrie, de l’Agriculture et de l’Industrie de la Pêche, mais aussi au secteur Automobile, au Digital et à l’Offshoring, au Tourisme, à l’hôtellerie et à la Restauration, à l’Entrepreneuriat, au domaine de la Santé, aux Energies Renouvelables, aux Arts Graphiques et à l’Artisanat haut de gamme.

Pour l’intérêt majeur qu’elle représente en faveur de l’emploi et de l’essor économique dans notre région, nous pouvons déjà affirmer que les retombées positives de la CMC Agadir Souss Massa seront bénéfiques au renforcement de l’attractivité de notre territoire et à l’augmentation du PIB du Souss Massa dans la croissance économique nationale. Nous ne manquerons pas de revenir régulièrement nous intéresser à l’évolution de notre cité dans nos prochains numéros.

Extrait du Discours de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le Lundi 20 Août 2018, à l’occasion du 65e anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple :

« … revoir en profondeur les spécialités de la Formation professionnelle pour qu’elles répondent aux besoins des entreprises et du secteur public, et qu’elles soient en phase avec les transformations que connaissent les secteurs industriel et professionnel. Ainsi, les lauréats auront plus de chance de s’intégrer professionnellement.

Par conséquent, il convient d’accorder une plus grande attention à la formation professionnelle, tous niveaux confondus. Il importe aussi de mettre en place une nouvelle génération de centres de formation et de qualification des jeunes, qui seront propres à répondre aux exigences actuelles et à prendre en considération les spécificités et les besoins de chaque région. »