DE NOUVELLES ÉTOILES SE SONT ALLUMÉES AU QUARTIER AL FARAH

DE NOUVELLES ÉTOILES SE SONT ALLUMÉES AU QUARTIER AL FARAH

Voici maintenant six mois que le Centre Culturel Les Étoiles du Souss a pris place dans le quartier Al Farah pour accueillir les enfants et leur offrir un lieu d’expression culturelle et d’épanouissement. Dernier-né de la série de Centres « Les Étoiles » de la Fondation Ali Zaoua, cet établissement connaît aujourd’hui un grand succès auprès du jeune public de son quartier et des environs, mais tout n’a pas été facile dans les premiers temps de son ouverture. Rappelons que le principe des Centres « Les Étoiles » est d’instaurer des activités culturelles de proximité pour inverser la tendance dans les zones urbaines et périurbaines souffrant  d’insuffisance d’infrastructures et sujettes à de la délinquance, voire de l’embrigadement et de l’obscurantisme comme seules formes d’expression. Une fois de plus, l’expérience plus que positive du Centre Les Étoiles du Souss, au bout de six mois d’activité, prouve que la culture et les arts ont un rôle à jouer dans l’épanouissement et l’ouverture d’esprit des jeunes de notre pays. Pour constater de près la réussite de ce concept, nous avons recueilli les impressions et le regard de son Directeur, Othman Nejmeddine. Prenez le temps d’admirer les photos, leur symbolique est magnifique.

Le Centre culturel Les Étoiles du Souss, ce sont 240 inscrits dont 53% de filles et 47% de garçons et une fréquentation hebdomadaire de près de 800 enfants et adolescents.

« Depuis la prise en main du centre par l’équipe de gestion qui a contribué à son démarrage, nous avons noté, avant même de commencer notre démarche de communication et de médiation culturelle au quartier Al Farah, que le centre a suscité la curiosité des enfants, qui  étaient très impressionnés, voire apeurés par le bâtiment et par nous-mêmes. Ils ont d’abord été très timides et parfois agressifs, ne comprenant pas ce que nous attendions d’eux ni ce que le centre avait à leur offrir.

Au fil des activités, notamment le cinéma et le dessin, nous avons réussi à les initier progressivement à quelques pratiques artistiques et à instaurer des règles relatives à la vie commune du centre, au règlement intérieur, à la façon de regarder des films et d’en débattre.

Au bout de trois mois, nous avons tous remarqué, au sein de l’équipe, que les enfants les plus assidus ont commencé à être plus demandeurs en se conformant aux règles du centre et en communiquant à leur entourage les bonnes méthodes à adopter pour être accueillis au centre et bénéficier pleinement des activités. Ainsi, nous avons pu avoir des enfants et adolescents initiés aux arts plastiques, à la photographie, à la guitare… Ces mêmes enfants qui, à notre arrivée au centre au mois de mars 2019, jouaient au ballon ou allumaient des feux, se battaient à coups de bâton ou de cailloux pour passer le temps, sont actuellement au centre pour lire, écouter une histoire, voir un film ou dessiner, tout en se montrant curieux, demandeurs et aimables. »

LES ÉTOILES DU SOUSS EN QUELQUES CHIFFRES

Ouvert depuis avril 2019, le Centre Culturel Les Étoiles du Souss totalise à ce jour un nombre exceptionnel de 240 inscrits, dont 53% de filles et 47% de garçons. Sa fréquentation hebdomadaire avoisine les 800 enfants et adolescents.

Âgés de 6 à 28 ans, les inscrits couvrent aujourd’hui 3 catégories d’âges, enfants, adolescents et adultes, venus de plusieurs quartiers : Hay Al Farah, Bensergao, Hay Al Wifaq, Hay Salam, El Houda, Riad Essalam et Founty.

Pas moins de 44 heures de cours de langues et d’art sont assurés par semaine par 12 professeurs. Une vingtaine d’artistes de la Région Souss Massa se relaie également pour l’animation de rencontres et d’ateliers : musiciens, comédiens, artistes-peintres, poètes, cinéastes, scénaristes, bédéistes, écrivains…

ÉVÉNEMENTS MARQUANTS

Le Centre Culturel Les Étoiles du Souss a déjà accueilli et organisé un nombre impressionnant d’événements culturels. Citons, entre autres, des programmations après Ftour pendant Ramadan, un cycle de courts-métrages et de longs-métrages, des rencontres littéraires autour de la poésie, des Jam sessions avec des musiciens d’Agadir, des ateliers de « la Cigogne Volubile » en partenariat avec l’Institut Français d’Agadir, des ateliers d’éveil musical en partenariat avec le Festival Timitar et UNESCO Maroc, un bibliobus en partenariat avec le Festival International du Film Documentaire FIDADOC, un concours de sculpture et de dessin autour des métiers modernes en partenariat avec le groupe Pharma 5 et la Fondation Khmissa, un atelier vert en partenariat avec Crocoparc, un atelier théâtre avec les étudiants de 1re et 2e année du Master Arts et Communication de l’Université Ibn Zohr Agadir, une jam session avec le fonds américain Found Sound Nation et le programme américain 1beat.org, ainsi que des Battles de Hip Hop et de Beat Box en partenariat avec la Positive School.